top of page
Ancre 1

La Psychanalyse

 

 

La psychanalyse "freudienne" s'exerce sur un fauteuil ou un divan. Et ce, à raison de « séances » régulières dans le temps. Ce qui la différencie de la psychothérapie analytique qui s'effectue en face-à-face. C'est un cadre qui permet de faire émerger plus facilement l’inconscient.

 

Tout peut être dit en séances . Par le principe de l’association libre, où il s’agit de s’exprimer spontanément, avec ses propres mots, de dire ce qui vient à l’esprit, ceci afin de libérer la dimension inconsciente. Et ce, sans craindre d’être jugé, car en effet, tout peut être dit, tout peut être entendu, par le psychanalyste. Sans craindre aussi d’être orienté et/ou influencé, puisque le psychanalyste n’intervient que pour faire résonance…

 

Celui-ci, par ses interventions, mais aussi par ses silences, favorise cette quête. Son écoute spécifique doit en effet permettre l’émergence d’éléments jusqu’alors inconscients : émotions ou souvenirs refoulés, rêves, lapsus, actes manqués, pensées inédites… qui vont permettre au patient d’avoir un regard différent sur son histoire, et ainsi l’aider à se libérer des forces inconscientes qui le bloquaient et/ou le faisaient souffrir jusqu’alors.

 

L’analyse peut ainsi permettre au patient d’appréhender différemment son histoire, et par là même, de faire évoluer la représentation qu'il en a, de s'y situer différemment, de faire évoluer ainsi sa position subjective.

Le psychanalyste et la personne qu'il reçoit se mettent d'accord, lors de séance(s) préliminaire(s), sur les conditions d'organisation de ce travail : la fréquence, la durée et le coût des séances (ces modalités pratiques étant généralement déterminées en fonction de chacun, et de manière à ce que la démarche soit réalisable sur un plan matériel).

Psy copie 2.jpg
bottom of page